Ces pilules qui vous font perdre l’équilibre : ce que vous devriez savoir à propos des médicaments et des chutes

Par Dre Cara Tannenbaum, gériatre et directrice, Réseau canadien pour la déprescription

Un soir, alors que je travaillais à l’urgence, une septuagénaire est admise avec une hanche cassée. Je la questionne sur ce qui lui était arrivé : elle m’explique qu’elle avait perdu l’équilibre en allant aux toilettes au courant de la nuit, et était tombée au sol.

“Je suis bête,” m’a-t-elle dit. “J’aurais dû être plus prudente. Je vais maintenant devoir me faire opérer. Est-ce que je devrai annuler mon voyage en Floride prévu cet hiver?” J’ai eu le coeur serré. En tant que spécialiste des chutes et de l’équilibre, je suis au fait des statistiques alarmantes sur les aînés et les chutes – pour cette dame, son voyage en Floride aurait dû être le dernier des soucis…

Les médicaments peuvent causer des chutes

Je lui ai dit : “Vous n’êtes pas bête d’être tombée. Jetons un coup d’œil à ce qui a pu contribuer à vous faire tomber. J’aimerais qu’on révise ensemble vos médicaments, pour vérifier que votre chute n’a pas été causée par un effet secondaire.”

J’ai découvert qu’un somnifère lui avait été prescrit récemment. Je lui ai expliqué que ce médicament endort les neurones du cerveau, ce qui diminue la vigilance, ralenti le temps de réaction et mène à des chutes, des fractures et même à des accidents de voiture. “Personne ne m’avait dit que les somnifères pouvaient causer des chutes. Avoir su, je ne les aurais pas pris,” m’a-t-elle répondu.

Des conversations comme celles-ci m’ont mené à devenir spécialiste de l’usage sécuritaire et approprié des médicaments, et à devenir fière porte-parole de la déprescription.

Prévenir les chutes

Les risques associés aux médicaments peuvent être sous-évalués par un médecin trop occupé; par exemple, l’effet néfaste des somnifères sur la concentration et l’équilibre. C’est pourquoi les patients doivent être informés au sujet de leurs médicaments – et garder en tête les effets secondaires possibles.

Novembre est le mois de la prévention des chutes . Voici quelques médicaments à reconnaître si les chutes vous inquiètent*:

  • Les médicaments pouvant causer des étourdissements et de la somnolence. Ceci inclut les somnifères , les antipsychotiques, les antidépresseurs et les opioïdes.
  • Les médicaments qui diminuent le taux de sucre dans le sang tel que les médicaments pour le diabète de type 2  comme le glyburide (Diabeta®) et l’insuline.
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène (Advil®), le diclofénac (Voltaren®) et le naproxène (Naprosyn®, Aleve®).
  • Les médicaments qui peuvent causer une chute soudaine de la pression artérielle, par exemple les diurétiques comme le furosémide (Lasix®) ou les médicaments pour la prostate comme la tamsulosine (Flomax®).

*Prendre trois médicaments ou plus peut aussi augmenter les risques de chutes.

La bonne nouvelle

Maintenant, la bonne nouvelle : en restant bien informé, il est facile de prévenir les chutes causées par les effets secondaires des médicaments. La solution est de réduire, arrêter ou remplacer le médicament à risque de façon sécuritaire, TOUJOURS sous la supervision d’un médecin ou d’un pharmacien.

Parlez avec votre médecin ou votre pharmacien. Demandez-lui de réviser vos médicaments chaque année, pour vérifier si ceux-ci peuvent augmenter votre risque de chute.

Quelques questions à demander à votre médecin ou pharmacien au sujet de vos médicaments:

1. Pourquoi est-ce que je prends ce médicament?

2. Quels sont les bénéfices et les risques potentiels de ce médicament?

3. Est-ce que ça peut affecter ma mémoire ou me faire chuter?

4. Est-ce que je peux arrêter ce médicament ou en réduire la dose?

5. Avec qui dois-je faire le suivi et quand?

AdobeStock_88075472.jpeg

Si vous avez déjà perdu l’équilibre ou êtes tombé, ou si cela vous inquiète, parlez avec votre médecin, votre infirmière ou votre pharmacien.  Plusieurs facteurs peuvent augmenter les risques de chutes – et la majorité sont réversibles. Ne laissez pas la peur de tomber vous limiter dans vos activités! L’inactivité augmente encore plus le risque de chute.

Pour de plus amples informations sur la saine gestion des médicaments ou sur la déprescription, veuillez consulter le site web : https://www.deprescribingnetwork.ca/fra/.

 

 

Hips don’t lie: what you should know about medications and falls

By Dr. Cara Tannenbaum, Geriatrician and Director, Canadian Deprescribing Network

One night while working in the emergency room, a woman in her 70s was brought in with a broken hip. When I asked her what happened, she told me that she lost her balance going to the bathroom in the middle of the night and fell on the floor.

“I’m so stupid,” she said. “I should have been more careful. Will I have to cancel my trip to Florida this winter because I need surgery for my broken hip?” My heart sank. As a falls and balance expert, I know the shocking statistics around falls and seniors – and going to Florida should have been the least of her concerns…

Medications can cause falls

I told her, “You’re not stupid for falling. Let’s take a closer look at what might have contributed to your fall. I want to review your medications to make sure your fall was not caused by the side effects of one of your pills.”

I discovered that she had recently been prescribed sleeping pills to treat her insomnia. I explained to her that sleeping pills put your brain to sleep, which reduces alertness and slows reaction time, leading to falls, fractures and even car accidents. “No one told me my sleeping pills could cause me to fall,” she told me. “Had I known, I wouldn’t have taken them at all.”

Conversations like these are what drive me to be a passionate medication safety specialist and deprescribing advocate. 

Preventing falls

Busy doctors may miss medication-related risks, especially subtle effects such as the way sleeping pills affect concentration and balance. That’s why patients need to be aware and informed about their medications – and keep on top of potential side effects.

November is falls prevention month. Here are some medication classes to be wary of if you are worried about falls*:

  • Medications that cause dizziness and drowsiness. These include sleeping pills, antipsychotics, antidepressants and opioids.
  • Medications that lower blood sugar, such as type-2 diabetes medications like glyburide (Diabeta®) and insulin.
  • Non-steroidal anti-inflammatory drugs, such as ibuprofen (Advil®), diclofenac (Voltaren®) and naproxen (Naprosyn®, Aleve®).
  • Medication that can cause a sudden drop in blood pressure, such as diuretics like furosemide (Lasix®) or prostate medications such as tamsulosin (Flomax ®).

*Taking 3 or more medications can also increase the risk of falls.

The good news

The good news is that it’s very easy to prevent falls caused by medication side effects if we’re well informed. The solution is to safely reduce, stop or switch medications, ALWAYS under the supervision of a doctor or pharmacist.

Speak with your doctor or pharmacist, and ask them to review your medications every year to see if any are increasing your risk of falls.

Some questions to ask your doctor or pharmacist about your medications:

1. Why am I taking this medication?

2. What are the potential benefits and harms of this medication?

3. Can it affect my memory or cause me to fall? 

4. Can I stop or reduce the dose of this medication? 

5. Who do I follow up with and when?

AdobeStock_88075472.jpeg

If you have ever tripped or fell, or are worried about losing your balance, speak with your doctor, nurse or pharmacist. Many factors can increase fall risk, and the majority of these factors are reversible. Don’t let the fear of falling prevent you from being active! Inactivity further increases the risk of falls.

For more information on medication safety and deprescribing, see this website: https://www.deprescribingnetwork.ca/

 

Bert’s Story

Bert’s Story

In 2003, then-53-year-old Bert Mitchell was in a car accident that nearly took his life. He came to in “excruciating” pain and his doctors put him on powerful opioid medication. More than a decade and several attempts later, he finally weaned off opioids. Now he uses alternative therapies to manage the pain—and has his life back.

L’histoire de Bert

L’histoire de Bert

Après que Bert Mitchell, 53 ans, ait été gravement blessé dans un accident de voiture en 2003, il s’est retrouvé avec une douleur extrême. Ses médecins lui ont prescrit de puissants opioïdes. Plus qu’une dizaine d’années et plusieurs tentatives plus tard, il s’est enfin sevré des opioïdes. Aujourd’hui, pour traiter sa douleur, il a recours aux thérapies alternatives.

Est-ce normal d’oublier où vous avez stationné votre voiture? Seulement si vous pouvez la retrouver.

Est-ce normal d’oublier où vous avez stationné votre voiture? Seulement si vous pouvez la retrouver.

One afternoon, Anita forgot where she had parked her car at the local mall. Security had to call the police to try to find her car and get her home. “I knew something was seriously wrong and that it was beyond what we call ‘a senior’s moment’,” explains Richard.

Worried that she may be having a depressive episode or worse, Alzheimer’s disease, he booked Anita an appointment with their family physician, Dr. Yu.

Is it normal to forget where you parked your car? Only if you can find it.

Is it normal to forget where you parked your car? Only if you can find it.

One afternoon, Anita forgot where she had parked her car at the local mall. Security had to call the police to try to find her car and get her home. “I knew something was seriously wrong and that it was beyond what we call ‘a senior’s moment’,” explains Richard.

Worried that she may be having a depressive episode or worse, Alzheimer’s disease, he booked Anita an appointment with their family physician, Dr. Yu.

Est-ce que votre mère prend des médicaments?

Est-ce que votre mère prend des médicaments?

Notre mère était heureuse vivant de manière indépendante dans son appartement et impliquée dans sa communauté. Mais en 2003, à l’âge de 86 ans, elle fut admise au Health Centre. Le jour précédant elle avait demandé à sa fille de la mener à l’urgence : « J’étais faible et étourdie et je savais que je ne pouvais pas rester debout sans m’évanouir ».

Est-ce que votre grand-maman prend des médicaments dangereux?

Est-ce que votre grand-maman prend des médicaments dangereux?

Ma grand-maman souffrait de douleur chronique causée par l’arthrite, d’anxiété et d’insomnie. En plus de ses médicaments pour éclaircir son sang, pour son cholestérol et ses autres médicaments, son médecin lui a prescrit Ativan (une benzodiazépine) comme somnifère et médicament contre l’anxiété, et OxyContin (un opioïde), lequel est à l’origine de l’actuelle crise des opioïdes. 

Is your grandma on dangerous meds?

Is your grandma on dangerous meds?

At the time, family members were unaware that these medications carried severe risks, especially for seniors. The doctor seemed to think, “who cares, she’s 91, let her have her pills” and there were no other alternatives provided for my grandma. No one knew what to do.