L’histoire de Bert

par Dre Cara Tannenbaum, gériatre et directrice, Réseau canadien pour la déprescription

Ayant été gravement blessé dans un accident de voiture en 2003, Bert Mitchell, alors âgé de 53 ans, s’est retrouvé à devoir vivre avec une douleur extrême. Ses médecins lui ont alors prescrit de puissants opioïdes.

Quand avez-vous réalisé que vous étiez dépendant?

« Quatre ans après l'accident, j’écoutais une émission de télévision sur “l’héroïne des pauvres.” J’ai réalisé que c’était le médicament que je prenais, et j’ai décidé cette journée-là de ne plus en prendre. L’effet des médicaments a commencé à diminuer. La douleur est d’abord revenue de façon graduelle, jusqu’à ce qu’elle m’envahisse complètement. Le besoin de prendre un opioïde était trop grand. J’ai cédé. »

Qu’est ce que votre médecin vous a dit?

« Mon médecin était très fâché. Je ne le savais pas, mais j’avais des symptômes de sevrage. Nous avons développé ensemble un programme pour réduire graduellement mes doses d’opioïdes. C’était horrible. Je ne pouvais pas fonctionner. Alors, il m’a prescrit des timbres de fentanyl. J’avais tellement peur de la douleur que ça m’a pris six ou sept ans de plus avant de pouvoir arrêter  le fentanyl. »

fentanyl.jpg

Pourquoi avez-vous décidé de cesser les opioïdes?

« Je sentais que les médicaments me causaient plus de tort que la douleur elle-même. J’avais de la somnolence. J’ai failli avoir plusieurs accidents de voiture. Couché dans mon lit, j’avais des tics. Je devais me lever et me promener pendant la nuit. »

Qu’est-ce que les cliniciens auraient pu faire de mieux?

« J’aurais aimé savoir à quel point ces médicaments sont addictifs. Quelques années plus tard, mon appendice a éclaté et j’ai dit au médecin que je ne voulais pas d’opioïdes parce que j’étais à risque de dépendance. Il m’a prescrit du Percocet®*. Quand je suis allé voir le pharmacien, il m’a dit que ça contenait de l’oxycodone. Est-ce que mon médecin l’ignorait ? Les chirurgiens ne sont-ils pas conscients que l’usage de ces médicaments comme soulagement de la douleur après la chirurgie peut mener à la dépendance ? Peut-être qu’ils ne le savent pas. J’ai bien peur que ce soit une grande partie du problème lié aux opioïdes. Les médecins n’en savent pas assez à propos de l’euphorie que vous pouvez ressentir et la rapidité avec laquelle on peut devenir dépendant. »

Comment allez-vous maintenant?

« Beaucoup mieux. J’ai repris ma vie en main. Je ne prends rien. J’ai un peu de douleur, mais je préfère l’endurer que d’être dépendant aux opioïdes. Je me suis tourné vers la physiothérapie, les massages thérapeutiques et d’autres traitements. »

*Remarque : Percocet® contient de l'oxycodone et de l'acétaminophène. 

Les opioïdes et tout autre médicament ne devraient jamais être cessés sans la supervision de votre médecin ou de votre pharmacien. Pour en savoir davantage, faire ce quiz.